. Open up your eyes

J’ai passé une bonne partie de mon weekend avec l’appareil en main alors ce matin, en me levant, je me suis dit que j’allais vous parler photographie. Plus précisément d’un champ de la photographie que je trouve un peu sous exploité, et ce malgré le fait qu’il soit assez surprenant.

Je dis surprenant parce que la macrophotographie – et c’est de ça que l’on parle – a la fabuleuse capacité de révéler et d’embellir les détails les plus insignifiants. Déformation professionnelle oblige, il s’agirait presque d’une science se situant à l’interface entre la microscopie et la vision humaine.

Et qui dit très faible distance de mise au point, dit souvent aussi très faible profondeur de champ. Amateurs du flou artistique, vous voilà servis. Bien sur, pour les insatisfaits, un temps de pose allongé et un bon trépied devrait vous permettre d’obtenir tout les détails que vous voulez. Néanmoins, n’oubliez pas qu’un sujet qui se détache du fond est souvent un sujet mieux mis en valeur !

Sur ce, je vous laisse quelques beautés numériques.
Et ouvrez les yeux bordel, ouvrez les ! – Il s’agira là de la maxime du jour.

gnondpomme3

Photo by GnondPomme

StephenBegin

Photo by Stephen Begin

cavin

Photo by Cavin

gnondpomme4

Photo by GnondPomme

Macro of sharpened colored pencils aranged in a circle

Photo by Horia Varlan

boris mitendorfer

Photo by Boris Mitendorfer

klugi

Photo by Klugi

Publicités

. The power of science

Qui a parlé de science ?

Lors de la sortie du dernier Spider-man au cinéma, j’étais tombé sur une vidéo d’un gars qui expliquait que, sous certaines conditions, il était scientifiquement possible d’acquérir les pouvoirs de l’homme araignée.

Bon, on se rend vite compte qu’on est loin du mythe du mec svelte qui se balade de buildings en buildings au bout de sa toile. Mais ça reste assez fou dans le concept.

[ Here’s the link ! ]

Du coup, j’avais prévu de vous parler de cette vidéo. Il y a trois mois. Mais il se trouve que je l’avais perdu donc ça ne s’est jamais fait ..
Mais, ô miracle de l’internet, je suis retombé sur une vidéo du même gars. Une vidéo qui traite de la possibilité de devenir un zombie. Parfait en ce lendemain d’Halloween non ?

Bon, certes, c’est en anglais. Mais y a tout pleins de jolis dessins qui accompagnent le discours alors je pense pas que ce soit hors de portée.

Allez, c’est cadeau !

Il a fait pleins d’autres vidéos, sur pleins de sujets différents (les rêves, les émotions, les réactions comportementales & cie.), alors si vous arrivez à le suivre, allez y jeter un œil !

. As the time goes by

Alors que je flânais sur Twitter, à la recherche d’inspiration, je suis tombé sur un tweet  désignant The Man from Earth comme l’un des meilleurs films de ces dernières années.

Dans mon esprit, c’était un peu l’épiphanie parce que, devinez quoi, il a raison le bougre !

Alors, je vous préviens de suite, n’attendez pas de grands effets spéciaux – pas du tout d’effets spéciaux, en fait – ni de scènes d’actions époustouflantes ou de trucs très Hollywoodiens.
Non non, c’est un bête film à petit budget de type « bottle épisode ». Pour les néophytes, ça désigne un épisode qui se passe entièrement au même endroit. Généralement dans une pièce à huit-clos mais ça peut varier.
Étonnement, cela sert extrêmement bien le scénario. Ça donne plus d’intimité au truc. On a l’impression d’être immergé dans la discussion et non plus lecteur passif.

Parce que oui, ce film est avant tout un dialogue entre le personnage principal et tout un tas de personnages secondaires qui vont aller et venir dans cette pièce.

En lui-même le pitch est simple, un scientifique décide de prendre sa retraite et de s’en aller mais, avant de partir, il révèle un secret à ses anciens collègues et amis : il leur dit être un immortel âgé de plus de 14 000 ans qui a traversé toutes les grandes périodes de l’humanité.

Et si c’était vrai ?

S’en suit cette longue discussion qui abordera toutes les thématiques allant de la religion à la science en passant par la philosophie et bien sur, l’histoire. Le tout amené par ses collègues qui, en tant que professeurs de fac, sont bien renseignés sur les sujets.

Malgré quelques petites imprécisions qu’un lecteur attentif et avertit aura tôt fait de remarquer, ça se regarde sans problème. Même si certains déploreront le montage et le casting. Je vous conseille tout de même de passer outre le côté esthétique du film, on se penche ici sur le fond et non la forme. Gardez cela en tête.

Ça demande toute fois un peu de concentration. En état de fatigue psychologique, vous pouvez passer votre chemin pour l’instant..

De toute façon, rien que pour le côté What if ?, ça mérite d’être vu.

A consommer sans modération !

. Eh, Boson, let me pass through your field !

A moins que vous ne viviez dans une grotte, coupé de toute forme de civilisation, le titre devrait déjà vous mettre la puce à l’oreille quand au sujet de cet article. Si c’est pas le cas, désolé, je ne peux plus rien pour vous.

En plus, techniquement, ça concerne tout l’univers. Rien que ça.

Du coup, pour une fois, on va parler sciences. Et plus particulièrement, Physique.
(Non, ne cachez pas votre joie)

Ah la physique ! Cette matière qui tente, avec la chimie et la biologie, d’expliquer le pourquoi, le comment et le parce que d’à peu près tout ce qui nous entoure.
Dans le cas présent, on va juste s’intéresser à un de ses nombreux sous-domaines. Celui de l’infiniment petit.

Si vous avez suivis des cours de physique, bien que sommaires, au lycée, vous n’êtes pas sans savoir que l’univers dans lequel on vit est régit par 4 forces dites fondamentales.
– La première, la plus connue d’entre toutes puisque c’est une des plus « tangibles » pour nous, humains, est la gravité.
– La seconde, l’interaction faible, est responsable de la fusion nucléaire ( et par conséquent des étoiles ! Whouaaaaa ).
– La troisième, l’électromagnétisme, responsable du magnétisme, de l’électricité, de la chimie et de la lumière.
– La quatrième, l’interaction forte, qui permet la cohésion des particules (quarks) au sein des protons et des neutrons constituants le noyau des atomes et donc, de la matière.

Seule les trois dernières nous intéressent puisque ce sont celles qui agissent dans l’infiniment petit. Permettant à la matière de se former et de se maintenir.

Néanmoins, toutes ces forces (gravité comprise) sont nées au même moment, lors du Big Bang. Sauf que ces forces ne sont pas nées séparément, chacune ayant leur rôle et n’interférant pas avec ses sœurs. Non non, au commencement elles n’en formaient qu’une seule, du moins le pense-t-on.
Et si l’on a encore du mal à relier la gravité aux trois autres forces fondamentales, il a été prouvé qu’à un moment dans l’histoire de l’univers, l’interaction faible et l’interaction électromagnétique ne formaient qu’une seule et même force : l’interaction électrofaible.

Et si vous suivez toujours, à ce moment là, vous vous demandez où je veux en venir avec tout ce charabia. Pas vrai ?

J’y arrive, patience.

Donc, nos trois forces de l’infiniment petit, elles n’agissent pas par la force du saint-esprit. Elles sont véhiculées par des particules dont c’est le rôle.
Les photons pour l’interaction électromagnétique, les gluons pour l’interaction forte et les bosons pour l’interaction faible.
Sauf, que si jamais elles descendent bien de la même force, aujourd’hui ces particules ont toutes des propriétés différentes. Certaines ont une masse, d’autres non. Ce qui va jouer fortement sur leur vitesse, leur inertie et tout un tas d’autres choses.
C’est plutôt cool pour nous, puisque ces différences de masse qui se retrouvent au niveau des atomes sont responsables de la diversité des éléments. Et par extension, de l’apparition de la vie.

C’est là que je vous renvoie à ce mercredi 4 Juillet, jour où le Centre Européen de Recherche Nucléaire (CERN) à annoncé avoir découvert le Boson de Higgs avec 99,99999% de chances. Tout ça pour pas dire 100%, bref.

Un boson, oui, mais pas n’importe lequel. Celui de Higgs, celui qui répond à toutes les questions que vous étiez en droit de vous poser lors de la lecture des paragraphes précédents. Bha oui, j’ai pas fait ça pour rien !
Pourquoi l’interaction électrofaible s’est elle séparée en deux forces ?
Pourquoi ces différences de masse au sein des particules ?
Pourquoi le photon à une masse nulle et donc la vitesse la plus rapide alors que les bosons intermédiaires et les gluons ont une masse et sont donc moins rapides alors qu’ils proviennent de la même force à la base ?

Naturellement, ce cher Boson de Higgs y répond.

Juste après le Big Bang, soit quelques milliards de milliards de milliards etc de secondes après, il faut imaginé l’univers comme un mélange de particule très dense où l’énergie libérée est telle que la chaleur y est colossale. Les forces fondamentales n’en forment alors qu’une seule.
Sauf que petit à petit, le mélange refroidit et les différentes phases (à la manière d’une vinaigrette) se séparent. C’est là qu’à lieu ce que l’on appelle la brisure de la symétrie. Ce mélange auparavant homogène où tout n’était que symétrie est devenu hétérogène, donc asymétrique. Et la force électrofaible s’est alors séparée en deux forces.

C’est à ce moment là que le Boson de Higgs est né, lors de cette brisure de la symétrie.

Dès lors, les bosons de Higgs ont commencé à baigner l’univers.

Imaginez une piscine à balles, pour enfants. La piscine étant les limites – si tenté qu’il en existe une – de l’univers, les enfants représentent toutes les particules dans l’univers et les balles, naturellement, les bosons de Higgs.

Tous les Bosons de Higgs, rassemblés, forment ce que l’on appelle un champ. Le champ de Higgs.

Et puisque les plus petits constituants de l’univers baigne dans ce champ, ils sont obligés de le traverser.

Mais alors comment se fait-il que si toutes les particules traversent le même champs, certaines comme les gluons obtiennent une masse et d’autres comme les photons non ?

C’est simple, tout est question d’interaction.

Imaginez une foule. Tout d’un coup, une jolie fille débarque et essaie de la traverser. Genre Alison Brie, vous vous souvenez ? Une bonne partie des mâles présent dans la foule vont se diriger vers elle pour essayer d’avoir son numéro. Elle va donc être ralentit et va avoir du mal à se déplacer, comme si les personnes autour d’elle lui conférais une masse.
Maintenant imaginez que c’est une super-star qui débarque. Là, toute la foule va se diriger vers elle, tel des paparazzis. Elle ne pourra quasiment pas se déplacer, sans cesse entouré par la foule en délire qui crie son nom.
Imaginons maintenant, qu’au même moment, une personne lambda arrive. Vu que personne ne la connait, elle va pouvoir traverser la foule sans encombre et sans être ralentit.

Appliquez tout ça aux Bosons de Higgs et aux différentes particules et vous obtenez la réalité. A quelques raccourcis près.

Suivant l’interaction que vont avoir les différentes particules avec les bosons, dans leur champ, elles vont prendre une masse ou non.

Compris ? Très bien.

Je vous remercie pour votre attention, on se revoit au prochain cours. Si prochain il y a.