♪ This is about a song #30

Sorti en 2012 par un petit groupe dont nul ou presque n’avait entendu parlé auparavant, l’album Night Visions composé par Imagine Dragons s’est vite imposé comme l’une des références de cette année là, en plus d’avoir propulsé ses auteurs au rang de méga-stars mondiales. Si si.

C’est donc sans trop de mal qu’ils se sont retrouvés six mois plus tard sur à peu près toutes les ondes radios du monde. Le hic, c’est qu’ils nous passent en boucle les mêmes morceaux. Et c’est comme ça qu’on en arrive à entendre des choses comme « tout de suite, en exclusivité, le nouveau single d’Imagine Dragons : Demons ».

Le 6 décembre 2013. Alors que le morceau date du 4 septembre. 2012.

Alors oui, les trois morceaux qui tournent en boucle sur nos radios sont excellents, y a pas de problème là-dessus. Mais c’est tellement le cas pour toutes les chansons de cet album que c’en est presque un crime que de ne passer que celles-là. Voilà donc pour vous, en non-exclusivité, un des nombreux morceaux que vous n’avez peut être jamais entendu. Magie de l’internet.

Accessoirement vous pouvez vous faire gagner du temps et aller écouter l’album en intégralité. Parce qu’avec ça vous gagnez des années de vie en plus.

Vos petits-enfants me remercieront.

Imagine Dragons – Bleeding out :

Publicités

. Time isn’t enough

Je me doutais bien que ça arriverait. Il le fallait. Simple expression du caractère humain, de ce qui nous pousse aussi souvent à commencer de nouvelles choses qu’à les abandonner.

Bon, je vous rassure, je n’en suis pas là. C’est juste que ce soir, j’ai pas vraiment envie d’écrire.

A vrai dire, j’ai l’impression d’être dans une sorte de torpeur dont je ne saisit pas bien l’origine. Surement un moment d’égarement.
En fait, c’est pas vraiment que je n’ai pas envie d’écrire, mais plutôt que je ne sais pas quoi écrire.

Trop de temps tue le temps, disait l’autre. Il avait raison, ce con.

J’en avait du temps, j’aurais pu en écrire d’avance, des billets. Mais non. On pense qu’on a le temps, et à juste titre. Tel l’enfant en weekend qui finit par faire ses devoirs le dimanche soir à 22h. Sauf qu’au bout d’un moment, on a plus. Purement et simplement.
Je me demande si ça nous fait pareil à la fin de notre vie. si on se retourne sur notre passé et qu’on se rend compte qu’on est cet enfant qui n’a plus le temps de faire ses devoirs. Ce serait triste tout de même.

Au moins, je continue de suivre ma ligne de conduite. Un article tous les trois jours. Vous plaignez pas, j’ai jamais dit que ce serait du Shakespeare non plus.

Bon allez, je vous pond un truc pour dans trois jours.

Ça va, j’ai le temps !

. Soul’s shout

Terrible constat : j’aurais jamais fini mes révisions à temps. En même temps, mon environnement jouais contre moi pour une fois. Entre le beau temps d’un coté, Rolland Garros de l’autre, les conférences de l’E3 et les sorties ciné, je vois pas vraiment à quel moment je révise moi …

Pourtant, j’étais bien parti ! Planning de révision dans ma tête, telle matière tel jour, tel autre le lendemain etc .. Mais la dure réalité nous rattrape forcement. On prend du retard par ci, un peu plus par là, et sans qu’on s’en rende compte, pouf, on à déjà perdu 2 jours.

Alors oui, comme on me l’a récemment fait remarquer, j’ai choisi – tout comme 90% des étudiants – de sprinter sur les cinq derniers kilomètres d’un long marathon qui à débuté au début du semestre au lieu de faire un effort constant tout du long. Et là, je suis en train de cracher mes poumons. A 500m de l’arrivé en plus. Mais que voulez-vous, on se refait pas.

Du coup, un peu comme Pascal est son fameux pari pascalien, moi aussi je vais faire un pari. Celui de croire en la réussite de mes examens. En même temps, soit je choisis de croire que c’est mort, soit je choisis de croire que ce que j’aurais fais suffira. Le choix est vite fait.

Et qui sait, peut être que si un miracle se produit, pascal ne se sera pas trop trompé dans son pari. Parce que là, tout de suite, il me faut au minimum l’intervention d’une entité supérieure. Quelle qu’elle soit.

Ps : Merde à tous mes camarades de promo !