. Shooting stars

Ceux qui me suivent depuis maintenant quelques temps savent que je m’applique de temps à autre à vous présenter ce vaste domaine qu’est la photographie au travers de techniques ou de sujets qui m’intéressent de par leur originalité ou l’effet qu’elles produisent. Parce que oui, première nouvelle, c’est souvent plus simple de parler de ce qui nous plaît que de faire le contraire.

Vous l’aurez lu ici en premier.

Mais c’est non sans une certaine candeur que j’avais brièvement abordé avec vous le sujet de l’astrophotographie, cet art dédié à la capture de nos ciels étoilés et de tout autres objets ou événements visibles depuis notre belle planète bleue. Sauf que voilà, j’avais majoritairement passé mon temps à pester sur mon incapacité à obtenir le résultat désiré faute d’une connaissance suffisante de mon matériel et des bases de la photographie mais surtout par manque d’expérience.

La photographie du ciel et des étoiles est un art compliqué. Peut-être trop pour quelqu’un qui n’appréhenderai son matériel que depuis un an. Mais le meilleur conseil que je puisse donner aujourd’hui reste encore de persévérer, surtout dans l’échec. Si l’instinct reste la meilleure arme du photographe lorsqu’il shoot en pleine lumière, lui permettant de visualiser le résultat final avant même d’avoir à appuyer sur le déclencheur, il n’en va plus de même lorsque seule les étoiles qui parsèment le ciel sont la source de lumière principale. C’est à ce moment là que savoir manipuler son matos dans le noir devient une nécessité et connaitre les règles de l’astrophotographie absolument indispensable. Une fois que la théorie semble être connue, il ne reste plus qu’à se lancer, essayer, chercher à comprendre pourquoi tous les clichés sont noirs, réessayer, apprendre à retravailler ses photos et, bien évidemment, profiter du résultat.

Cet été aura été pour moi l’occasion de m’améliorer et de régler la majeure partie des problèmes qui m’incombaient un an auparavant. Rien de magnifique ni même d’original, mais déjà une petite victoire personnelle que je tenais à partager ici aussi.

Sur ce, je vous laisse seuls juges.

photographie de la lumière zodiacale lors de la nuit des étoiles filantes.

Lumière zodiacale.

photographie d'une étoile filante prise lors des perséides.

Etoile filante.

compilation de photos prises lors de la nuit des étoiles filantes en visant l'étoile polaire.

Circumpolaire.

passage de l'ISS au dessus de la France

Passage de l’ISS au dessus de la France.

photographie d'un flash iridium produit par la réflection des rayons du soleil sur un satelite

Flash iridium.

______________________________________________

Si jamais vous trempez – ou pas – dans ce domaine de la photographie, je suis bien entendu preneur de tout avis ou critique constructive dans les commentaires. Ainsi que toutes idées pour de futures prises. Merci.

. Eyes wide open

Il y a deux types de photos : celles que l’on peut théoriquement faire et celle que l’on ne peut pas. Généralement, c’est le matériel qui impose les limites.

Photo de Irargerich

Avec seulement un appareil on peut faire du portrait, de la photo créative, quelques trucs par ci par là mais on est vite limité. Déjà, l’achat de nouveaux objectifs nous libère grandement. Pour si peu qu’ils soient plus lumineux, on peux shooter dans des endroits plus sombres ou jouer sur la profondeur de champs.
Et puis changement de focale implique souvent changement de vision. A focale très courte, grand angle; et c’est là tous les paysages qui s’offrent à vous. Focale très longue, et c’est à présent tous les objets lointains qui se rapprochent de vous.

Puis très vite, c’est le trépied qui devient indispensable. Et avec, la télécommande pour déclencher à distance. L’art du toujours plus, en somme.

Si je vous raconte ça, c’est qu’actuellement, je suis un peu agacé. J’ai reçu mon trépied et mon déclencheur télécommandé alors, naturellement, c’est toute la partie photographie du ciel qui s’est ouverte à moi. Je ne suis plus limité par mon matériel.

Photo de Rilind Hoxha

Sauf que j’obtiens pas ce que je veux.

Et après avoir passé plus de 2h, la nuit dernière, à crapahuter dans mon jardin pour shooter les constellations et la lune, je suis déçu par les résultats. J’arrive pas à les traiter correctement et je suis même pas sûr que les clichés bruts soient de bonne qualité. Je suis déçu, ouais, c’est le mot.
Et je me rend compte que – bien plus que la photographie de jour – celle de nuit, des étoiles, des comètes et des astres, et un art bien plus compliqué que l’on ne peut le supposer. En fait, en plus d’avoir un matériel de bonne qualité, faut avoir des bases solides en photographie et pas mal de connaissances stellaires. Et encore, heureusement qu’on trouve de nombreux tutoriels sur le sujet ..

Le seul bon point, c’est que j’en viens à respecter d’autant plus les gens qui maitrisent cette pratique. Et leurs photos.

Mais après tout, c’est en persévérant que l’on obtient des résultats. Et c’est encore plus vrai en ce qui concerne la photographie.

Sur ce, faute de pouvoir vous laisser mes propres clichés, je vous en propose quelque uns tout simplement sublimes. Enjoy !

Photo de NPCA Photos

Photo de Irargerich

Photo de Bill Gracey

Photo de Irargerich

. Between earth and sky

Photo Grufnik

Ah New-York City ! Tout le monde l’aime cette ville. Effet de mode ou réel intéressement pour l’une de ses caractéristiques, qui n’a jamais été tenté de prendre quelques photos de la Big Apple ? Très peu, si l’on s’en tient au nombres de clichés qui circulent.

D’ailleurs, si l’on cherche au bon endroit, il est assez aisé de s’en procurer de nombreux.

Et forcement, lorsque l’on mélange photographie et New York, on pense de suite au lieux ultra connus tels que Time Square, Central Park ou Liberty Island. On pense aussi aux grands monuments qui font la popularité de la ville tels que l’Empire State Building et le Pont de Brooklyn. Ou encore, les taxis jaune si typiques de New york, les stations de métro et les vendeurs de Hot dog dans la rue. Fin bref, vous avez compris.

Alors cette fois ci, je vais faire l’impasse. Intentionnellement, hein.

Je vais plutôt vous montrer ma vision de New York. La vue de la Big Apple que je préfère. Et puis, après tout, ce blog parle bien de ce que j’aime. Alors ça reste cohérent.

Quand on commence la photo, il y a toujours un type de photos que l’on fait et un que l’on aimerai faire. Et ensuite on commence à se diversifier, on réfléchit au sujet, à la lumière, bref à tout un tas de paramètres. Mais j’y reviendrai une prochaine fois.

Ce que je veux dire, c’est que dans mon cas, j’aimerai un jour être capable de faire les mêmes photos que celles ci-dessous. Malheureusement pour moi, j’ai pas encore le cadre qu’il faut. Ça viendra.

En même temps, avec tous les buildings qu’il y a à New York, les fameux Skycrapers – les grattes ciel, en français – il serait bien dommage de ne pas lever la tête vers le ciel de temps en temps. Et de s’en servir pour prendre des photos.

Admirez le savant mélange entre la coloration du ciel et les immeubles éclairés.

Enjoy !

Photo S J Pinkney

Photo Bravesheng

Photo Grufnik

Photo Overlandscape

Photo Timo Kohlenberg

Photo Stuck in customs

Je sais pas vous, mais moi ça me donne envie de prendre un billet d’avion en aller-simple.

Bien sûr, toutes les photos sont sous licence Créative Commons.

A plus, les amis.