. This is about games #4

Arrive toujours un moment où l’on se demande ce qui fait d’un jeu un très bon jeu. Evidemment les réponses varient d’un individu à l’autre, en fonction de ses goûts mais aussi de son passif. En ce qui me concerne j’ai récemment pris conscience que j’appréciais d’autant plus un titre si sa narration était poussée.

Ce qui m’amène à vous parler de Thomas Was Alone. Un formidable petit jeu indépendant créé par Mike Bithell qui m’a fait prendre de l’affection pour … des quadrilatères. Oui, oui.

thomaswasalone3

Thomas Was Alone met en scène Thomas, une intelligence artificielle modélisée sous la forme d’un petit rectangle rouge et lâché dans un univers pour le moins anguleux. Seul, Thomas comprend vite qu’il doit rejoindre le portail placé à l’autre bout du niveau pour pouvoir s’en échapper. Alors il court, saute, grimpe, déjoue des obstacles et atteint son but. Portails après portails. Niveaux après niveaux. Mais Thomas se rend vite compte qu’il n’y arrivera pas seul et qu’il aura devra coopérer avec ses amis, chacun possédant une capacité et une forme propre, afin d’atteindre son but. Ensemble.

L’histoire prend place dans un monde vu de coté, dans une 2D des plus efficace, bien que toute simple (ben oui, c’est de la 2D quoi..). Effectivement, on se rend très vite compte que simplicité et sobriété sont les maîtres mots de Thomas Was Alone et qu’il nous offre un décors magnifique bien qu’extrêmement pauvre – ce qui n’est pas nécessairement négatif, preuve en est. Si la technique n’est clairement pas époustouflante, elle est largement compensée par sa direction artistique et n’oublions pas qu’il s’agit du travail d’une seule personne avec de très petits moyens. Ce qui est déjà remarquable en soi.

Les arrières plans sont juste superbes et l’on se prend vite au jeu de pousser les graphismes à fond afin de révéler nombres de nuances et de petits détails jusque là insoupçonnés. Si le titre ne se veut pas vraiment être une oeuvre contemplative, on prend néanmoins plaisir à s’arrêter au milieu d’un niveau juste pour en saisir sa construction et son ambiance. Et il en va de même pour l’architecture des différents tableaux qui prend un malin plaisir à se renouveler au fil des niveaux, en jouant aussi bien sur leur horizontalité que sur leur verticalité. Quand elle ne joue carrément pas sur les différences de formes de nos petits amis géométriques en offrant des passages où seuls les plus petits ou les plus agiles d’entres eux pourront passer, au détriment des autres qu’il faudra abandonner un temps avant de trouver une solution.

thomaswasalone2

A cela vient se rajouter une physique des fluides sommaire mais en accord avec l’univers établi qui amènera un poil plus de réflexion dans un Puzzle-Platformer qui en manque cruellement. S’il est un point que l’on peut vraiment reprocher à Thomas Was Alone, c’est son manque de difficulté puisque le moyen d’arriver de l’autre coté d’un obstacle sera toujours évident, voir indiqué avec de grosses pancartes clignotantes sur un chemin tout tracé. Pour tout vous dire, vous passerez plus de temps à faire correctement coopérer vos quadrilatères qu’à chercher la solution pour tous les faire passer de l’autre coté de cette étendue d’eau qui vous bloque le passage. Notons tout de même qu’il existe souvent plusieurs solutions, même si c’est anecdotique vu que l’on n’est jamais bloqué.

Autre choses purement esthétique mais néanmoins vite indispensable pour le confort des yeux, la présence de jeux de lumières et d’ombres parfaitement gérés par le moteur du jeu et participant activement à créer cette ambiance si particulière qui renforce l’idée que notre petit rectangle rouge évolue dans un monde fait de 0 et de 1. Chose d’ailleurs suggéré dès les premières secondes de jeu parce celui que j’appellerai le narrateur.

Parce que le gros avantage de Thomas Was Alone sur le reste des productions, indés ou pas, reste avant tout sa bande-son.

L’OST est de David Housden et il signe ici l’une des plus belle musique d’ambiance que j’eu la chance d’entendre jusqu’à présent. A priori c’est du chiptune, je vous avoue que je n’y connait rien, mais une chose est sûr : ça colle parfaitement à l’univers de Thomas. Parfois douce comme un cours d’eau, parfois rythmée comme les impulsions électriques qui parcourent nos pc, elle ne viendra jamais troubler votre aventure mais il sera dur de jouer sans. Si derrière chaque grand homme se cache une femme, derrière chaque grand jeu se cache assurément une ambiance sonore. Pas d’exception à la règle pour Thomas Was Alone. A vrai dire, j’ai pu récupérer toutes les musiques gratuitement et c’est peut être les seules pistes tirés d’un jeu-vidéo que j’écoute régulièrement par pur plaisir. Le lien ci-dessus devrait vous en convaincre.

Mais qui dit bande-son, dit aussi narration orale. Et c’est là ce qui fait, pour moi, tout l’intérêt de ce titre. C’est aussi la raison pour laquelle j’ai décidé de vous en parler puisque je ne pensais pas qu’un jour un jeu puisse me rendre sensible à l’histoire de simples quadrilatères. Et bon nombre de développeur devrait s’en inspirer.

thomaswasalone1 C’est en cherchant des infos à droite et à gauche que je suis tombé sur l’avis d’une personne qui essayer d’expliquer le sentiment qui découlait de la narration de Thomas Was Alone grâce à une citation tirée du premier épisode de Community, quand Jeff fait un speech au membres du groupe d’étude. Pour ceux qui ne captent pas un mot d’anglais, ou ne voient pas à quel moment il fait référence, ça correspond au passage où il dit :
« Je peux prendre ce crayon, vous dire que son nom est Steve et faire ça *il casse le crayon en deux sous le regard atterré des autres*. Et une part de vous meurt. Juste une toute petite partie à l’intérieur de vous. Parce que les gens peuvent éprouver des sentiments pour n’importe quoi. » 

Et en fait, c’est exactement ça. Je n’aurais pas pu mieux le résumer moi-même.

La narration assurée par Danny Wallace est juste excellente, le script n’aurait pas pu être mieux écrit et dire le contraire reviendrait à mésestimer le travail fournit. Une fois lancé dans l’histoire, on se voit confier la vie de ces petites intelligences artificielles qui s’ouvrent à nous par le biais de ce narrateur omnipotent qui nous raconte leurs pensées. On découvre leurs questionnements, leurs défauts, leurs joies, leurs peines et pleins d’autres sentiments qui les rendent à chaque fois un peu plus humaine. Et très franchement, si l’on va au bout de la dizaine de chapitre, ce n’est pas pour son gameplay qui devient vite répétitif du fait de sa trop grande facilité mais bien pour aider ces petites formes géométriques à aller chaque fois un peu plus loin. Parce que l’on apprend à les aimer un peu plus fort, niveaux après niveaux, et parce que l’on ne lâche pas un enfant avant d’être sur qu’il s’en sortira.

Je ne saurais que trop vous conseiller ce Thomas Was Alone si, pour vous aussi, la narration dans un jeu-vidéo prend une place à part. Par chance il est encore disponible quelques jours sur le site du Humble Bundle au modeste prix de « vous choisissez », à condition de mettre minimum 1$. Mais en prime vous avez droit à l’album incluants toutes les soundtracks alors si vous ne l’avez pas encore, c’est un crime de passer à coté.

[8/10]

Publicités

Un avis ? une réaction ? Vas-y, lâche-toi !

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s