. PAF !

Il y a quelques soirs de ça, par le biais de twitter et de la masse d’information qui est brassée chaque jour, je suis tombé sur le blog récemment créé d’un gars. Il est dit que chaque blog est créé pour une raison, avec une ligne de conduite. Pour certains elle est clairement définie dès le départ alors que pour d’autre c’est plus vague, comme pour moi qui avance à tâtons la plupart du temps, au grès de mes humeurs. Toujours est-il que ce mec, l’auteur du blog donc, s’offrait le privilège d’être concis sur son objectif tout en ne se limitant à aucun sujet. Il avait, dit il, promis d’écrire chaque jour. Point à la ligne.

Et si j’ai cru comprendre que l’histoire derrière tout ceci – parce qu’il y en a toujours une – était plus complexe qu’elle ne laissait penser; la promesse n’étant peut être pas forcément faite à lui-même et l’auteur ayant déjà connu son petit moment de gloire avant de raccrocher. Toujours est-il qu’il s’affaire maintenant depuis trois mois à tenir ses engagements, mais si l’important semble être pour lui d’écrire et seulement écrire (beaucoup ou peu, bien ou mal, là n’étant pas la question), il a surtout promis de se vider la tête.

Chose qui m’en a fait reconsidérer d’autres.

Ou en tout cas j’ai réalisé que la direction que je suivais n’était manifestement pas celle que j’envisageais au départ. Pour une fois, j’ai l’impression de m’être laissé emporter par quelque chose de plus fort. De plus simple.

Damn ! Si j’en crois mes dernières publications, les brouillons actuellement en attente et les idées que j’envisages, j’ai délaissé le coté personnel de l’exercice pour me concentrer sur celui bien plus aisé de l’impersonnel. Et à ce rythme là, il serait plus simple que j’aille ouvrir un compte sur senscritique.com et que j’y reste. Pourtant je prends vraiment du plaisir à faire ça, à commenter les films que j’ai pu voir, les lectures que j’ai pu faire ou mes grandes découvertes culturelles. Pire, ça m’obsède – d’ailleurs certains diront que je ne vais plus qu’au ciné pour démonter le film juste après.

Sauf que non, j’avais pas prévu ça. Et dans un sens, maintenant que je l’ai réalisé, ça me pèse. Vous savez, comme lorsqu’on se rend compte d’avoir perdu une personne et qu’il est déjà trop tard pour faire marche arrière. L’avantage, là, c’est que je peux. Pas de panique, j’ai pas l’intention d’arrêter vu que j’y prends un plaisir certain. En plus la plupart de mes conversations à propos de ce que j’écris ici tournent autour des avis que j’y poste alors ce serait bête. Non, je vais juste diluer l’info. Lorsque possible. Parce que c’est plus intéressant pour vous que mes petites réflexions mais aussi plus simple pour moi à écrire. C’est aussi pour ça que c’est devenu le contenu majoritaire ces derniers temps, la faute à ma paresse. Mais je vais lutter et faire comme ce gars, écrire pour écrire. Whatever shit happens.

Et puis, des fois, Paf !, suffit de se prendre une porte en pleine tête pour penser à l’ouvrir la fois d’après.

Publicités

Un avis ? une réaction ? Vas-y, lâche-toi !

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s