. Red cape, blue suit

Au moment où j’écris ces quelques lignes – qui s’avéreront peut être plus nombreuses que prévues – je fais ce que je me refuse généralement à faire : c’est à dire écrire à chaud. Mais là j’en ai envie. Parce que voyez vous je sors tout juste de Man of Steel. LE Man of Steel. LE film censé réconcilier fans de cinéma, fans de super-héros et fans de Superman. A l’instar de l’adaptation plutôt réussie de son homologue, le chevalier noir, Batman. Réalisé par Snyder avec l’aide de Nolan, j’étais donc en droit d’attendre quelque chose de bien. J’étais. Mais apparemment pas en fait.

Man-of-Steel_01_877189419

De même que Clark, mes espoirs se sont envolés très tôt.

Au sortir de la séance, s’il y a bien un sentiment qui persiste, c’est celui de la déception.  Le marasme du bon film qui s’est perdu en chemin pour donner quelque chose d’informe et peu viable en plus. Voilà, comme ça, vous êtes prévenus : je n’ai pas vraiment aimé. La suite sera donc en conséquence.

(Ah, spoiler Alert : y a potentiellement de la révélation d’intrigue. Mais le film étant sorti depuis deux semaines, y a prescription je crois. Sans compter que c’est la fête du cinéma en ce moment : vous avez zéro excuse !)

Avant que je me fasse assommer de critiques comme quoi je suis « un connard de plus qui étale sa science en critiquant le film parce qu’il ne colle pas exactement aux comics et qui est par conséquent incapable d’apprécier une autre version de l’histoire » – et à ceux là je leurs réponds qu’une histoire, il n’y en a point. La chose étant ainsi plus vite réglée – je me dois quand même de préciser que Superman est un héro que je ne connais pas, ou finalement très peu.
En dehors du célèbre costume, des quelques apparitions à la TV via des cartoons ou une série que je n’ai jamais pris la peine de réellement regarder, je suis exempt de tout à priori sur le personnage. Je suis donc au même niveau que le spectateur lambda sur ce sujet. Et malgré des conditions plus que favorables pour découvrir une adaptation, pire : un reboot, je ne peux m’empêcher de penser qu’il manque quelque chose au personnage. A commencer par une consistance. Parce qu’autant, ne connaissant pas la version originale, j’aurais pu laisser passer pas mal de nuances dans son caractère, autant là, c’est le flou artistique.

En soi, sans raison valable derrière ses actes, un héro n’est finalement plus très différent des hommes qu’il est censé protéger. Sans parler de son passé qui n’est rien d’autre que le marteau forgeant le fer rouge de son futur. Si Batman ne tue pas ses ennemis – il les laisse mourir, c’est différent – c’est parce que la mort de ses parents lui a apporté un sens aigu de la justice. Si Spider-man se sent porteur de grandes responsabilités c’est inévitablement lié à la mort de son oncle Ben qu’il aurait pu éviter.
Avant de posséder quelques aptitudes ou talents particuliers, un héros possède avant tout une façon de voir le monde, une philosophie. Chose trop peu abordé dans Man of Steel.

Ce qui est dommage c’est que l’on n’en est finalement pas passé très loin. Notamment lorsque le père adoptif de Clark tente de lui inculquer les bonnes choses à faire, et en lui indiquant que, oui, laisser mourir quinze enfants dans un bus aurait peut-être été plus sage que de laisser entrevoir ses pouvoirs à la moitié d’entres eux – et à Clark de montrer que c’était inconcevable, parce que la gentillesse – ou encore toutes les allusions au fait que le monde n’était pas encore prêt. Le sujet méritait d’être développé, les qualités de Clark gagnait à être mises en avant, mais à notre époque faut être un bad boy pour réussir alors YOLO.

Pourtant on tombe pas si souvent que ça à coté du sujet. La direction artistique, la photo et, par je ne sais quel hasard, une bonne partie des effets spéciaux tombent assez juste. De même, quelques scènes sont plutôt bien senties et font leur petit effet sur le coup. Effet qui semble cependant bien maigre à coté de toutes les incohérences qu’accumule le film. Un scénario ? point besoin, en 2013 le spectateur veut de l’action, encore de l’action et des bisous. Foutez lui un gentil contre un méchant et on n’en parle plus. Des personnages avec un tant soit peu de profondeur ? déjà, sans scénar’, ça devient tout de suite plus difficile.. Attendez, vous faites pas chier, on leur fera faire/dire des choses sans raisons valables, ça devrait passer pour peu qu’on balance des explosions juste après.

Je vous passe aussi le coup de « je me bat dans toute la ville, saccageant les immeubles un par un sans m’occuper des pauvres gens en dessous, je roule des pelles à ma nouvelle copine au milieu des débris et des trois pauvres mecs qui ont survécus mais par contre je ne supporte pas que tu assassines cette pauvre famille qui s’était dit que c’était le moment idéal pour aller au musé alors, couic, je te casse la tête et on en parle plus ». Et des situations WTF comme celle là, c’est toutes les dix minutes que ça arrive.
Je parlerais pas non plus de toutes les conneries que les personnages secondaires peuvent sortir dès que sa devient un peu technique, scientifiquement parlant. La palme d’or étant décernée à « toi t’es méga balèze parce que tes cellules ont été exposées aux bienfaits du soleil pendant 33 ans, par contre nous on est là depuis 10 minutes et c’est tout comme ».

Remarque l’histoire du flux RSS était pas mal aussi..

Puis tiens, tant qu’à parler de sujets fâcheux, arrêtons nous vite fait sur la relation entre Clark Loïs qui passe sans transition de « pseudo inconnu que j’ai croisé deux fois » à « l’homme de ma vie ». La tenue moulante de ce dernier n’y étant peut-être pas étrangère. En outre les plus rigoureux se seront certainement déjà ouvert les veines en apprenant qu’il n’y aurait pas de triangle amoureux entre Loïs, Clark et Superman, pourtant indissociable de l’histoire du personnage. (Et venez pas me faire chier, tout le monde sait ça, pas besoin d’avoir Bac +5 en DC comics).

D’ailleurs, à la vu du compteur de mots qui défile devant mes yeux je vais en rester sur ces quelques mots. Il est approximativement 4h du mat’ et le travail de relecture s’annonce ardu alors ce n’est pas la peine de prolonger plus longtemps nos souffrances respectives. Je conclurai sobrement par le paragraphe suivant :

Cher Zack Snyder, cher Christopher Nolan, je n’attendais pas que bouleversiez le genre ou créiez une oeuvre extraordinaire. Non, je voulais juste une adaptation honnête et actuelle du mythe de Superman, sois disant le super-héros ultime. J’en demandais pas des masses mais vous avez réussis à me décevoir et j’ai beau avoir payé ma place 3,50€, c’est presque 3,50€ de trop. Espérons que la suite sois meilleure, hein. Parce que suite il y aura, on va pas se le cacher les mecs.

Sur ce, il est plus que temps d’aller dormir, l’ordi affiche 05:09.

Ps: n’ayant quasiment pas discuté du film avec d’autres personnes – j’attends d’ailleurs vos retours – il est probable que mon propos, à défaut de radicalement changer, s’affine peu à peu à mesure que je digère le film. Au quel cas vous serez les premiers avertis !

Publicités

4 réflexions au sujet de « . Red cape, blue suit »

  1. Je suis tout à fait du même avis, on est pas passé loin mais c’est pas ça ! Mes enfants et leurs copains (de 12 à 15 ans) était un peu plus dans l’euphorie à la sortie mais ça n’a pas duré. Bref, plutôt dessus.

    J'aime

    • Un film de super-héro, surtout en ce moment avec les Marvel et autres DC comics qui sont plutôt pas mal, ça fait toujours son effet ! Mais là où ça ne me dérange pas qu’il y ait 90% du temps de l’action et les 10% restant des dialogues moisis, dans un film de super-héro j’attend que les personnages soient plus poussés.. Donc ouais c’est dommage.

      J'aime

  2. Je me permet de poster un retour. Je pense être finement d’accord avec ce que tu as pensé du film (en lisant entre tes lignes subjectives (rien de mal dans ce mot, c’est normal que tu donnes ton ressentit c’est même le but du blog)). La grande différence entre nous va au final se faire sur nos attentes respectives ainsi que nos connaissances en comics.

    Tout d’abord, les comics. Comme tu l’as dis toi même, tu n’es pas un grand connaisseur de comics. Alors il est important que tu saches que les reboots et les disgressions sur les bases fondamentales d’un héros sont monnaies courante à l’heure actuelle (surtout chez DC Comics). Et ce n’est pas si mal, il faut bien que les histoires soient différentes, et les auteurs de comics aiment particulièrement enlever les choses les plus basiques pour dérouter le lecteur et offrir quelque chose de différent. Personnellement je ne pense pas que j’aurais apprécié un n-ième triangle amoureux, ou un Clark Kent gentil, niais et plat ! Je ne dis pas que les choix que les scénaristes ont fait sont plus judicieux !

    Ensuite, les attentes, et c’est après que je vais glisser une petite critique sur ce billet. Je suis bien conscient que tu attendais beaucoup de ce film. Pour ma part, j’en attendais pas beaucoup. Un bon superman au cinéma, je n’ai encore jamais vu ça. A mes yeux la série smallville malgré sa niaiserie et son coté teenager est la meilleure référence pour cet univers. Parce que c’est fouillé au possible et que les acteurs ont pu s’imprégné de leur rôle. Alors voila, je suis allé au ciné pour voir un Zack Snyder, c’est à dire de l’action artistique. J’avais adoré 300 parce que en plus de la photographie, l’idée de base était assez jouissive. Mais ne nous voilons pas la face, il ne fais pas de « bons » films, et par bon, j’entend profond. L’histoire, les dialogues et la mise en scène pendant les scènes de plateau sont vraiment navrants, on est bien d’accord la dessus. La platitude de ses moments est révoltante compte tenu du budget pharaonique du film ! Mais on parle là du mec qui a fait Sucker Punch qui de ce point de vue là est pas vraiment mieux. Tout ça pour dire que les attentes qu’on a d’un films changent vraiment la façon de le voir !

    Le truc qui m’ennui dans ton billet c’est que tu dis pas mal de fois que tu regrettes qu’il n’ai « pas mis ça », ou « abordé tel problématique ». J’aime beaucoup la rigueur habituelle et la façon scientifique d’aborder tes « critiques ». Mais dire que tu n’aimes pas un film parce qu’il ne parle pas de ce que tu veux est un non-sens, il faut au moins respecter les choix du créateur, c’est le « comment » qui est criticables. Pour mieux m’expliquer, je vais exagérer : c’est comme si tu disais que tu n’aimes pas Roméo et Juliette parce ce qu’ils ne survivent pas à la fin (C’est le choix de Shakespeare).

    Putain ça va vite les mots. Désolé pour le long poste. Au moins il reste les Marvel pour être sur d’avoir du divertissement bien bourrin !

    J'aime

    • Merci de m’avoir donné ton point de vue, et en effet dans les grandes lignes on est d’accord. A quelques nuances près, que je ne vais pas toutes commenter. Je retiendrai juste deux trois trucs :

      Premièrement, tu as raison, je suis tombé facilement dans l’écueil de faire quelque chose de subjectif. La faute à un billet écrit sur le coup, sans vraiment avoir pris la peine de peser le pour et le contre. Et effectivement, il semblerait que j’ai plus critiqué le film pour ce qu’il n’est pas que pour ce qu’il est. En y réfléchissant un peu je crois que c’est parce que j’imagine les films de super-héros d’une certaines manière, avec certains éléments, qui font du film un film de super-héro et non celui d’un simple mec avec des pouvoirs. J’attendais surement une histoire plus fouillée et des personnages avec plus de caractères ou de « volonté propre », là j’ai vraiment l’impression que tout est monté sur rail.

      De là j’en arrive au deuxième point : l’attente que je me faisais du film. Tu as l’impression que j’en attendais beaucoup (et c’est peut être l’impression que je donne mais c’était pas voulu), je crois plutôt que j’attendais plus de rigueur. Ça revient à ce que je disais plus haut mais pour moi il y a des standards et j’étais logiquement en droit de les attendre dans un film comme celui ci. Pour autant je t’assure que je n’espérais vraiment pas quelques chose de mieux que la trilogie faite sur Batman qui, elle, a le mérite d’actualiser son héros tout en piochant à droite et à gauche dans des comics qui ont fait sa renommé et qui sont en plus des reboots de l’univers (Year One pour ne citer que lui).

      Quand au troisième point, je trouve qu’on perd vraiment quelque chose à détruire le triangle amoureux et la notion de « double personnalité » de Clark qui doit tantôt se faire passer pour un gentil gars tout en retenu, tantôt pour le sauveur de la planète. Ils ont peut être préparé quelque chose derrière, ça sera peut être une très bonne idée et je pourrais alors dire que c’est bien comme ça. Pour l’instant il n’y a rien d’amorcé en ce sens donc je reste perplexe sur la question.

      Mais oui, tu as tout à fait le droit de préférer une déconstruction du personnage (« tout raser pour repartir sur des bases solides » dixit le général Zod) à une reconstruction du mythe qui s’était un peu ébréché ces dix dernières années. C’est un point de vue, ça se défend.
      Remarque, c’est peut être parce que je n’ai pas bouffé de Superman en comics que je voulais quelque chose de relativement proche des grands clichés sur le personnage et non pas quelque chose qui les faisait voler en éclat.

      [Idem, les mots ont défilés ..]

      J'aime

Un avis ? une réaction ? Vas-y, lâche-toi !

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s