. Bonfire

J’ai récemment découvert à la radio un petit groupe islandais que j’aurais bien qualifié de prometteur mais qui, à mon avis, a déjà dépassé ce stade.

Of Monsters and Men, qu’ils se prénomment. Groupe composé de six personnes (voir sept des fois), ils évoluent dans un univers pop/folk indie qui, même s’il ne révolutionne pas encore le genre, est bien parti pour.

C’est leur tube Little talks qui passe en ce moment. Et d’ailleurs, sitôt entendu à la radio, sitôt recherché sur le net.

Comme de coutume avec les jeunes groupes passants sur les ondes, je m’attendais seulement à tomber sur une ou deux chansons « potables », voir biens. Vous n’imaginez pas mon désarroi lorsque – et vous l’aurez certainement compris – je suis tombé sur bien plus que ça.

A la base, je cherchais juste une version acoustique de little talks, mais j’ai eu la chance de tomber sur un live acoustique donné à KEXP – une célèbre radio de Seattle – et de très bonne qualité.

C’est pas moins de huit chansons acoustiques qu’on a la chance de pouvoir écouter. Allez, je suis gentil je vous met la playlist.

Et si vous avez pris la peine de l’écouter, vous vous êtes surement débrouillés pour dénicher l’album. Bha oui, huit c’est pas assez. On en veut plus ! En tout cas, moi, c’est ce que j’ai fait ..

Au final, même si le genre se prête bien évidemment mieux au direct, l’album est presque sans fautes.
Chaque titre prend la forme d’un hymne à la vie. Tantôt calmes, tantôt en puissance, l’effort est fait pour ne pas fatiguer l’auditeur au bout de trois titres. Toutefois, on peut noter une certaine systématisation dans leurs morceaux avec, à chaque fois, un départ plutôt calme qui gagne petit à petit en ampleur pour finir tambours battants.

Heureusement, le jeu entre les deux voix – l’une féminine, l’autre masculine – associé ponctuellement aux chœurs de leurs camarades rend chaque titre unique. On retrouve même un titre comme Love Love Love où seulement la demoiselle chante. Pas déplaisant non plus.

Et pour si peu qu’on ajoute trompettes et accordéons sur les percussions déjà bien présentes, on ne peut que se laisser emporter quelques temps par tout ce débordement de joie. En tout cas c’est l’effet que ça me fait.

Et c’est mon coup de cœur de la semaine !

Bien entendu, vu que c’est sur les ondes françaises en ce moment, c’est pas si récent que ça. L’album date d’aout de l’année dernière, soit il y a un an.

Pour la ponctualité, on repassera.

BONUS STAGE :

Si vous aimez le style, je vous conseille l’excellent Home by Edward Shape and the magnetic zeros trouvable ici.

Parait que ça ressemble fortement à Arcade fire aussi, je vais de ce pas écouter cela !

Publicités

Un avis ? une réaction ? Vas-y, lâche-toi !

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s