. Follow the numbers

Au moment où j’écris cette note, je viens juste de finir la première saison de Touch. Réaction à chaud donc. Et bien qu’ayant eu le temps de me forger un avis tout le long de la saison – ce dernier changeant assez souvent – le season final m’a conforté dans mon idée. Je la considère comme une des rares séries qu’il ne fallait pas manquer cette année.

Touch, c’est le genre de série dont on sait d’un coup d’œil si on va l’aimer ou pas. A la lecture du synopsis, j’ai su que c’était pour moi. L’épisode pilot, six mois plus tard, n’a fait que m’en convaincre. Faut dire aussi que tout ce qui se fait dans le genre « prise de tête », en général, j’aime bien. Je sais néanmoins que c’est pas le cas de tout le monde. Mais avant d’arrêter votre lecture, laissez moi vous convaincre de le regarder.

Déjà, dès les premières secondes, on nous met dans l’ambiance :

« I’ve been alive for eleven years, four months, twenty one days and fourteenth hours. And, in all that time, I’ve never said a single word »

Jake est un petit garçon qui semble être autiste, à première vue. Il n’a pas dit un seul mot depuis qu’il est né et refuse catégoriquement tout contact physique. Sa mère ayant périt dans les attentats du 11 septembre, il est élevé seul par son père, Martin, qui cherche désespérément un moyen de communiquer avec lui.

Seulement voilà, Jake est loin d’être autiste. Au contraire, Il comprends le monde – et plus encore – mieux que n’importe qui d’autre. Il est capable de percevoir les différentes connections entre les personnes ainsi que les conséquences qui en découlent. Le tout formant un vaste réseaux apparaissant à ses yeux sous forme de figures mathématiques et de nombres.

Lorsque Martin se rends compte que Jake essaie de communiquer avec lui à travers des nombres, il décide de les suivre. Quoi que cela puisse lui en coûter.

L’une des raisons pour lesquelles j’ai dit que mon avis avait plusieurs fois changé en cours de saison est la suivante : les épisodes sont trop bien construits. Vraiment. A tel point qu’on retrouve le même schéma dans chaque épisodes.

La première fois qu’on voit l‘épisode pilote, on ne peut être qu’épaté. La mise en scène est telle qu’on voit des personnes sans liens apparents, d’origines parfois différentes et dans des lieux parfois très éloignés interagir petit à petit, les uns avec les autres, d’une manière ou d’une autre. Tous travaillant inconsciemment en tant que maillons d’une chaîne.

Et ce qui tient réellement du génie, c’est que nous, spectateurs, trouvions au final tout cela parfaitement logique. Tout est tellement bien réglé qu’on ne remet pas une seule fois en question l’histoire de Jake.

Mais voilà, passé l’ébahissement du pilote, passé l’épisode 2 qu’on regarde pour savoir si tout n’as pas était misé sur le premier, force est de constater que l’épisode 3 reprends la même recette sans faire avancer le schmilblick. Perso, à ce moment là, j’ai l’impression d’avoir fait le tour de la série. Alors j’arrête de regarder.

Puis pour une obscure raison (enfin pas si obscure que ça, c’est surtout de la curiosité ..), je reprends quelques semaines plus tard. Je découvre alors l’épisode 4 et, surprise, j’ai l’impression que la série prends un nouveau souffle. Elle montre enfin ce qu’elle vaut et s’emploie à suivre un fil conducteur au lieu de présenter aux spectateurs de simples jeux de pistes sans réelles interconnections. Le quatrième épisode fait donc naturellement le lien avec le premier. Mon intérêt est décuplé et je rattrape mon retard sur la diffusion US avec motivation. Ça fait plaisir !

Et puis je dois bien avouer que le jeu d’acteur est assez parfait. Bon, Mr 24H chrono à un peu de mal à s’empêcher de courir et sauter partout mais ça donne une certaine dimension dramatique à l’action – comme si le temps était compté, Hum Hum .. – alors on accepte. Mais alors si il y en a un qui mérite une récompense pour son jeu d’acteur, c’est bien le môme ! Franchement, il interprète tellement bien Jake que s’en est presque troublant. Pas un seul mot, tout dans l’attitude et la façon d’agir. Et ce regard. Chapeau bas l’artiste.

La saison 1 ne compte que douze épisodes alors rattrapez vite votre retard. La saison 2 débarque à la rentrée 2012 et un spin-off sous forme de web série commence à sortir.

Ah, et si vous connaissez, rien ne nous empêche d’en parler dans les commentaires !

Publicités

2 réflexions au sujet de « . Follow the numbers »

Un avis ? une réaction ? Vas-y, lâche-toi !

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s